Quatuor Habanera

 

Amateurs de territoires musicaux peu fréquentés, les musiciens du quatuor Habanera cheminent depuis 1993 au gré des rencontres artistiques. Sans à-priori, ils naviguent sur différentes scènes, de la création contemporaine aux répertoires et transcriptions insolites, de la musique du monde jusqu’aux musiques improvisées.

 

 

Le point de départ

Après leurs études instrumentales dans la classe de Claude Delangle au C.N.S.M.D de Paris, Fabrizio Mancuso, Sylvain Malézieux, Gilles Tressos, et Christian Wirth intègrent la classe de musique de chambre de Lazlo Hadady et Michel Moraguès. Récompensé par un Premier Prix de musique de chambre en 1995, le Quatuor Habanera est admis en 1996 dans le cycle de perfectionnement de cet établissement et se constitue ensuite un palmarès rare de 8 Premiers Prix Internationaux de musique de chambre (Bordeaux, Sanguinetto, Düsseldorf, Osaka).

 

 

Le projet artistique – les rencontres

Les musiciens du Quatuor habanera se sont rassemblés avec le projet de renouveler l’image et le son du quatuor de saxophones. Ils ont ainsi développé de nombreux projets autour de la création, notamment autour du répertoire contemporain. Sur la trentaine d’œuvres (de G. Ligeti, F. Tanada, F. Levy, A. Markeas, P. Leroux, B. Mantovani…) crées par le Quatuor Habanera, la plupart figure maintenant dans le répertoire de nombreux ensembles à travers le monde. György Ligeti, les a notamment autorisé à jouer une version des Six bagatelles pour quatuor de saxophones.
Par ailleurs, musiciens classiques sans queue de pie, ils souhaitent désacraliser le concert classique en convoquant lors d’une même soirée Bach et Steve Reich, Dvorak et Ligeti, notamment grâce aux très nombreuses transcriptions qu’ils ont réalisées ou suscitées. Ces dernières années, Ils ont initié de nombreuses rencontres avec des artistes aux univers très différents. Louis Sclavis, Michel Portal ou David Krakauer ne s’y sont pas trompés, mêlant leurs improvisations aux solides charpentes du quatuor. Le quatuor Habanera découvre et explore en compagnie de Benjamin Lazar de nouvelles formes artistiques alliant musique et théâtre (spectacle Comment Wang-Fô fut sauvé de Marguerite Yourcenar, sur une musique d’Alain Berlaud).

 

 

Les concerts

D’années en années, la voix singulière du Quatuor Habanera se fait de plus en plus entendre. De l’Opéra Comique à l’Ircam, du Cabaret sauvage à l’Académie Bach, des Folles Journées de Nantes au Théâtre de la ville, la diversité de leur répertoire et de leurs projets les mènent sur des scènes pas toujours habituées à accueillir régulièrement la formation imaginée par Adolphe Sax. Par ailleurs, ils ont joué dans une dizaine de pays (Etats-Unis, Chine, Europe), et entretiennent une relation privilégiée avec le Japon où ils retournent régulièrement depuis leur première tournée en 1996.
Tous les quatre pédagogues, ils s’investissent dans de nombreux projets de formation. Outre les master-class qu’ils donnent à travers le monde (C.N.S.M.D de Paris, Angleterre, Japon…), ils coordonnent régulièrement des projets de stage pour musiciens amateurs, d’ensemble monumentaux de saxophonistes… ils décident de créer en 1999 leur Académie d’été et un festival à Poitiers et accueillent chaque année une cinquantaine de saxophonistes du monde entier.

 

 

Les disques

Le Quatuor Habanera enregistre pour Alpha-productions depuis la création de ce dernier. De Mysterious morning (Alpha 010), panorama de la création contemporaine (oeuvres de Ligeti, Xenakis, Donatoni…) à leur disque consacré à Glazounov, Grieg et Dvorak (Alpha 041), en passant pas leur rencontre discographique avec Louis Sclavis « L’engrenage », la presse musicale spécialisée se fait l’écho de leur éclectisme en leur décernant de nombreux récompenses (Diapason d’or, recommandé par Classica et Répertoire).

 

 

Les projets

Après plusieurs projets très éclectiques (Wang fô, Concerto Grosso...) et avec des artistes aux univers si différents (Richard Galliano, Benjamin Lazar, David Krakauer, Laurent Dehors...), le Quatuor Habanera souhaite revenir en 2010 à ses "fondamentaux" de musique de chambre et prépare plusieurs programmes autour de la musique française qu'il donnera notamment dans le festival Normandie Impressionniste et au Palazetto Bru à Venise (Centre de Musique Romantique Française). Le quatuor enregistrera d'ailleurs un disque en juillet 2010 chez Alpha productions consacré à des transcriptions de Claude Debussy.
Lointains héritiers d’Adolphe Sax, le Quatuor Habanera joue les saxophones et becs Selmer et contribue à leurs perfectionnements.

 
langue

©